Médiation familiale et Prévention

Par Frédérique Moulinier Fuentes, médiatrice familiale à la Maison des Familles de Lyon

Médiation familiale et prévention

Les consultations en médiation familiale et en conseil conjugal augmentent de façon significative depuis la fin du premier confinement. Il y a beaucoup de couples, de parents, d’enfants touchés par le contexte COVID. Les familles sont malmenées, bouleversées par cette période si compliquée. Les adolescents se retrouvent éloignés de tout ce qu’ils aiment et de ce qui les construit. Les étudiants sont livrés à eux même, se perdent.

Il y a tant d’agressivité, de douleurs, tant de murs, d’incompréhension que c’est une bonne chose que la médiation soit plus utilisée.

©Jean Baptiste Valadié- La famille

En ce moment, j’observe que de plus en plus souvent, la médiation familiale est utilisée « en prévention » du conflit.

« C’est un sujet très délicat pour nous, on sait que ça peut se mal se passer, on préfère en parler avec un tiers ».

« Si on aborde cette question tous les deux, c’est sûr, ça va éclater ».

 

Il est alors question de ne pas envenimer les choses, de conserver un équilibre et une communication acquise parfois difficilement. Ces parents se connaissent et savent à quel point un sujet conflictuel peut prendre des proportions importantes : c’est le risque de l’escalade.

Récemment un jeune garçon reçu en entretien se rend compte à quel point un banal évènement (un bureau mal rangé) entraîne un véritable cycle infernal (cris, disputes, punitions). Il me dit « Tout ça pour ça ! »

Se tourner vers la médiation familiale parce qu’on connait ses vulnérabilités, parce qu’on sait que le sujet est délicat (déménagement, changement d’école, annonce de mariage…) est une idée pertinente. Aborder une question délicate avec l’autre parent avant même que la discussion ne dégénère donne un autre sens à la médiation familiale. Ces parents disent parfois avoir déjà utilisé la médiation familiale au moment de leur séparation et ils ont pris conscience de l’importance de communiquer de façon constructive. Ils reviennent en médiation familiale pour «  ne plus déraper », « ne plus monter dans les tours ». Ils disent vouloir être pro actifs sur leur différend, le gérer « ensemble avec l’aide d’un tiers ».

Je trouve ces parents très courageux : Etre lucide sur ses limites dans l’intérêt de leurs enfants et toujours dans l’optique de préserver le lien parental.

 

Par Frédérique Moulinier Fuentes, médiatrice familiale D.E. à la Maison des Familles de Lyon

Retour

Faites le premier pas !

Bénéficiez d'un échange gratuit et sans engagement avec l'un de nos professionnels de l'accompagnement.

Demandez à être rappelé(e) :

Veuillez calculer 6 plus 2.