LES SAISONS DU COUPLE ...

APRES LE SOLEIL, LA PLUIE…

Le couple commence souvent par une phase solaire, une phase de fusion, une période de passion amoureuse qui pousse les deux être l’un envers l’autre avec une fougue qui ne s’encombre pas de raison ! La décharge hormonale qui l’accompagne rend les amoureux totalement aveugles : cet autre correspond alors tellement à ce que je désire, nous sommes tellement sur la même longueur d’onde, que rien ne nous différencie, nous sommes si proches que nous n’apprenons pas à nous connaitre en vérité. L’autre est comme un objet parfait qui me comble.

Peu après le temps se gâte et celui qui illuminait mes jours comme mes nuits commence à changer, je ne le reconnais pas. Et lui non plus d’ailleurs ne me reconnait pas. « Tu as bien changé, dis donc !! » aurait-on envie de dire. De la passion amoureuse nous voilà passé à la relation amoureuse. Si nous étions tombés amoureux sans le faire exprès, nous voilà maintenant face à un choix, une décision, une volonté de faire un chemin ensemble et de se projeter dans l’avenir. Si la passion amoureuse se nourrit du moment présent, ne se retourne pas sur le passé et ne s’inquiète pas du futur, la relation amoureuse nous engage et se construit jour après jour en regardant ensemble l’avenir, elle se tisse au quotidien pour dessiner le futur.

LE COUPLE N’EST PAS UN ETAT, MAIS UN PROCESSUS

Être en couple n’est pas un état mais un processus, une cocréation permanente et fragile un perpétuel devenir. C’est une aventure où l’art d’aimer consiste à vivre en te faisant exister, à me trouver en me livrant  à toi et  à me donner pour te recevoir.

Cette aventure est sans répit et le temps de la lutte de pouvoir pointe où je vais avoir du mal à accepter que ta présence ne me fasse pas d’ombre, que tes choix soient pertinents même si ce ne sont pas les miens … La juste distance devient impossible à stabiliser entre ce trop de proximité et d’intimité qui mène à l’étouffement ou ce trop d’espace dans lequel se dissout le lien du couple.

Dans ce temps-là, la dispute peut apparaître comme la solution : la façon de rester à bonne distance, de se différencier, de s’affirmer, tout en mettant du lien. Chez certains couples le seul lien c’est la dispute. En tant que thérapeute il est parfois dangereux de faire disparaître ce symptôme qu’est la dispute si l’on n’a pas travaillé à nourrir au préalable l’espace du couple. Car mieux vaut une bonne grosse dispute que ce rien : cet espace vide de relation et de désirs. Un conflit s’il n’est pas trop violent permet aux 2 « je » de se dire, de se différencier et de se voir exister de manière autonome.

La vie de couple nécessite de s’accrocher quand le vent du conflit souffle et d’apprendre à faire équipe. Apprendre à mettre son couple en premier et non ses propres ressentiments et frustrations.

VERS UNE RELATION CONSCIENTE

Cette période peut être surmontée grâce à un vrai travail de communication au sein du couple.
Un travail qui permet d’atteindre les rives de la relation consciente. Chacun peut alors exister pour ce qu’il est, être reconnu dans son unicité et dans ses différences, être accueilli dans valeur de son désir et de ce qui l’anime, être accepté avec son histoire.  L’autre a alors le droit d’être autre et je peux alors prendre soin de l’autre sans me perdre et je peux même renouveler mon regard et ma curiosité sur mon partenaire. Cette quatrième saison advient quand ayant moi-même pu accueillir mes propres imperfections, et mes propres blessures je peux consentir aux imperfections de l’autre. Oui, accueillir la fragilité de l’autre sans qu’elle ne me mette en danger, lui pardonner volontiers, me réjouir de la différence, avoir le désir de nourrir l’intimité de mon couple sont quelques-uns des fruits de la relation consciente.

 

Mais attention un couple n’arrive jamais au port, il est toujours en chemin et l’équilibre est toujours à retrouver entre nos 2 « moi » qui s’aiment, s’aimantent et se rejettent.           

 

Par Constance Pons, Conseillère conjugale et animatrice de l'atelier Estime de soi à la Maison des familles de Lyon.

Retour